Réponses aux associations

Les associations militantes, engagées, vecteurs de protection et de développement de notre résistance aux politiques de destructions sociales et de notre écosystème, nous ont questionné. Voilà une partie significative des réponses de la Coopérative.

ACID QUIMPER

ACID_Quimper_logo Association de Coopération Inter Droit sur le Pôle Universitaire Pierre-Jakez Hélias à Quimper.
Objet de l’association : Dynamiser le Pôle Universitaire de Quimper, favoriser la cohésion entre les étudiants.
www.facebook.com/ACID.Quimper
acid.quimper@gmail.com

1 : Propositions de la Coopérative à destination des étudiantes et étudiants Quimpérois.

Les propositions de la Coopérative écologique et sociale pour Kemper et son agglomération concernent bien évidemment tous les citoyennes et citoyens de la ville et de l’agglomération.
Pour autant, il sera aujourd’hui insisté sur les propositions qui vous concernent, vous les étudiantes et étudiants de Quimper.
Il a été choisi de vous présenter nos propositions au regard de vos principales activités et actes de la vie quotidienne.

Vos études :

Certes il n’est pas dans les compétences de la ville de Quimper et de l’agglomération d’organiser votre cursus universitaire. Il n’en demeure pas moins que la collectivité publique doit être facilitatrice dans l’organisation de l’offre des formations existantes et se rendre attractive pour que d’autres formations puissent vous être proposées.

Quimper accueille près d’une vingtaine d’établissements d’enseignement supérieur et plus de 50 formations. Il y a actuellement environ 5000 étudiants à Quimper.

Votre logement :

Entre chambre de cité universitaire, studio en résidence jeune ou appartement chez un particulier ou appartement indépendant, plusieurs possibilités existent. Plusieurs organismes existent pour répondre à la question du logement sur Quimper : CROUS / Antenne de Quimper, ADIL29 / Agence départementale d’information sur le logement, OPAC de Quimper Cornouaille2, Association Résidences jeunes, Association quimpéroise des foyers des jeunes travailleurs, Office du tourisme de Quimper Cornouaille, Caisse d’allocations familiales…

La Coopérative écologique et sociale pour Kemper et son agglomération n’entend pas faire en sorte que la ville ou l’agglomération se substitue aux différents organismes précités, mais entend d’une part, rendre l’information des différentes possibilités existantes facile d’accès et actualisée, et d’autre part, coordonner l’offre des logements étudiants sur Quimper, notamment en préemptant et en réhabilitant (avec une exigence écologique forte) des logements vacants et en luttant contre la rente et la spéculation foncière (les étudiant-e-s doivent pouvoir se loger à des tarifs accessibles).

Vos déplacements :

La question de la mobilité lorsque l’on est jeune est cruciale. La Coopérative écologique et sociale pour Kemper et son agglomération y répond de façon volontariste selon les moyens de transports.

Les transports collectifs sur l’agglomération de Quimper :

La Coopérative écologique et sociale pour Kemper et son agglomération propose la gratuité des transports publics collectifs (réseau de bus). Cette mesure répond à la précarité sociale et notamment à la précarité étudiante.
La gratuité est un moteur de changement des comportements et des mentalités. Elle est la base d’une société axée sur la valeur d’usage et non la valeur d’échange. Elle est un coin contre le tout marchand.
La gratuité (accès libre puisque nos impôts financent déjà une partie de ces transports) est nécessaire écologiquement, socialement et sur le plan sanitaire.

Aujourd’hui en moyenne les transports collectifs publics sont financés à 40% par l’impôt, 40% par le Versement transport (+ de 11 salarié-e-s) et autour de 20% billetterie. En portant le versement transport au taux de 1,3 % on couvre largement les frais de billetterie.
La gratuité des transports publics collectifs est une mesure qui bénéficiera à tout le monde, et notamment aux publics dont le pouvoir d’achat est le plus faible (autrement dit les étudiant-e-s).
Cette importante mesure induit l’amélioration de la fréquence et de l’accessibilité.

Le vélo :

La ville de Quimper est actuellement très en retrait au niveau des pistes cyclables et de la sécurisation des cyclistes.
La Coopérative écologique et sociale pour Kemper et son agglomération s’engage dans la création de voies cyclables réservées et sécurisées, en continuité avec l’ensemble des quartiers (et notamment le campus où nous sommes) et les autres modes de transports.

Votre nourriture :

Certes la Coopérative écologique et sociale pour Kemper et son agglomération n’entend pas se susbtituer au restaurant universitaire mais impulser un objectif de 100 % bio dans la restauration collective et l’épicerie sociale. Si les Quimpérois-e-s nous demandent de conduire la politique municipale lors de la prochaine mandature, nous mettrons en place une ceinture maraîchère, véritable source d’approvisionnement en produits alimentaires bio.

Votre santé :

A votre âge, la santé n’est pas en principe, la principale de vos préoccupations. Toutefois, la Coopérative écologique et sociale pour Kemper et son agglomération est très attentive à ne pas laisser des populations ayant des moyens financiers limités sans accès aux soins. Les étudiants ont droit à un accès de qualité aux soins. La Coopérative a de nombreuses propositions à ce niveau. Citons en quelques unes susceptibles de concerner plus spécifiquement les étudiants :
des investissements communaux dans l’extension de centres de proximité regroupant les services de santé (PMI, centre d’orthogénie et de planification…)
une politique de prévention des addictions
La création de dispensaires de santé dans les quartiers, capables d’assurer consultations, prévention et suivi des soins, avec la gratuité pour les personnes françaises ou immigrées financés par la sécurité sociale, à l’instar des secteurs de psychiatrie que les différents ministères de la santé tentent de liquider.

Vos loisirs :

Ceux-ci peuvent être sportifs, culturels ou tout simplement récréatifs.

Sport : Développer une pratique sportive populaire et émancipatrice.

La bonne santé d’une ville, c’est avant tout celle de ses habitants. Les pratiques sportives, quelles qu’elles soient, nous permettent à tous, de la maintenir.
Le sport, dans une ville écologique et solidaire se doit d’encourager la mixité, l’échange et le partage. La coopérative souhaite entre autre :

– Construire de nouveaux équipements sportifs de proximité (stades, city stades, équipements extérieurs en libre accès et gymnases…) et surtout entretenir et réhabiliter ceux qui existent déjà. La coopérative s’engage en priorité à rénover la piste d’athlétisme de Penvillers avec un revêtement écologique, éligible aux compétitions de la FFA, accessibles aux clubs handisport et de sports adaptés.
– Mettre à disposition des clubs de boxe une salle de 400m2 avec un ring homologué pour permettre à chacun de s’entraîner dignement.
– Créer un pôle de danse adapté à toutes les activités, modernes, classiques, traditionnelles etc… ainsi qu’aux activités liées aux cultures urbaines. Kemper ne dispose pas d’espace dédié à ces dernière alors que le Break Dance par exemple est en plein essor et sera représenté aux JO 2024.
– Favoriser la gratuité et la tarification sociale des équipements sportifs.
– Réparer les toits de salles de tennis de Creac’h Gwen qui actuellement prennent l’eau.
– La coopérative se positionne contre la création d’une arena jugée bien trop coûteuse. Pour la réhabilitation de la salle Michel Cloaguen, de son parking et de l’ancienne maison des associations, qui apporteront une valeur ajoutée au quartier de la nouvelle gare.
– Résoudre le problème de l’indisponibilité de la piscine de Kerlan Vian pendant les travaux à venir en sollicitant les piscine privées de QBO et les piscines des communes voisines tout en garantissant un plan transport adapté pour les écoliers et les pratiquants des clubs.

Culture :

Les choix des investissements et des soutiens faits par la municipalité seront réorientés vers les réalisations qui peuvent profiter au plus grand nombre, au détriment des réalisations de prestige.
Notre commune est riche de ses associations, des structures d’éducation populaire (MPT, MJC, Centres Sociaux, Associations de retraités, Ty Ar Vro , etc. ), d’un espace associatif et d’une médiathèque qui sont autant d’atouts pour une vie culturelle intense et destinée à tous.
L’accès des étudiants aux équipements culturels sera favorisée par une politique tarifaire très attractive.

Récréatif :

Bars, booling, discothèques…

2 : Sur la nécessité de voter.

La prochaine élection des conseillers municipaux a lieu les 15 et 22 mars 2020.

Nous avons mille et une raisons de nous plaindre, l’actualité et la crise économique en donnent tous les jours l’occasion. Mais se plaindre sans agir ne changera rien, nous pensons que les hommes et les femmes politiques seront toujours les mêmes.

En démocratie, les élections sont le premier et le plus simple des modes d’action. Le vote est l’acte de citoyenneté par excellence, c’est le moyen de faire fonctionner la démocratie et, par conséquence de protéger nos libertés. Une démocratie ne peut vivre que si les citoyens s’approprient le processus politique, à commencer par les élections, comme une responsabilité, comme un devoir. Mais c’est aussi un droit qui a été acquis par nos aïeux, parfois au prix de leur vie. S’ils étaient encore là, ils ne comprendraient pas pourquoi aujourd’hui autant de citoyens s’abstiennent de faire usage de ce droit. Ne pas voter, c’est leur dire qu’ils se sont battus pour rien !

Ne pas voter, c’est laisser les autres décider pour nous. C’est se priver du moyen le plus simple de peser sur notre destin.

CAREPA
CAREPA du Quinquis
Citoyenneté Active pour le Retour à l’Eau Pure et l’Assainissement.
http://carepa.uqea.eu/CAREPA-Asso.html

Protéger la ressource en eau.

Investir et anticiper : les réseaux pour améliorer leur résilience, et réparer les erreurs comme au Quinquis.
Résilience des réseaux : Dégradations climatiques, crises et insécurité environnementale, il faut plus de soins aux réseaux que précedemment.

Lire la suite sur notre page : Dépolluer.


CAREPA – Charte de l’Environnement du QUINQUIS.

CAREPA – Argumentaire pour les élus.

CIAN 29

ACID_Quimper_logo CIAN 29 – Collectif 29, à Quimper.
Le collectif Cian 29, créé en mars 2018, milite pour la défense de la paix au Moyen-Orient et pour le désarmement nucléaire de la France.
https://savoie-antinucleaire.fr/2020/01/18/quimper-le-collectif-contre-larme-nucleaire-alerte-les-futurs-maires/

La demande du COLLECTIF 29 a été présentée au cours d’une assemblée générale. Il en ressort que, unanimement, les membres de la Coopérative souhaitent s’engager avec force et détermination contre l’armement nucléaire, s’inscrivant donc pleinement dans votre démarche.

Vous pouvez prendre connaissance de notre PROFESSION DE FOI qui atteste de cette détermination.

Bien entendu, dès le début du mandat, nous nous engageons :

– À voter un vœu demandant au gouvernement de signer et notifier le Traité d’Interdiction des armes nucléaires (TIAN).

– À adhérer à l’association des maires pour la paix créée à l’initiative des maires d’Hiroshima et de Nagasaki, afin de mener avec son appui, pendant toute la durée de la mandature un programme d’actions éducatives et culturelles au service du désarmement nucléaire et de la paix.

Nous aspirons comme vous à un monde enfin libéré de la menace et du fardeau des armes nucléaires.

DIV YEZH
DIV YEZH DIV YEZH BREIZH
(en breton : « les deux langues de Bretagne ») est une association regroupant des parents d’élèves pour l’enseignement du breton à l’école publique.
https://div-yezh.bzh/index.php/fr/

La commune de Quimper et l’agglomération Quimper Bretagne Occidentale doivent marquer leur attachement à la langue bretonne.
Cette ambition pour le développement d’une langue bretonne vivante, créative et dynamique passe par le respect d’engagements.

La Coopérative Ecologique et Sociale pour Kemper et son agglomération entend consacrer le principe d’une véritable compétence en matière de politique linguistique tant au niveau de la commune de Quimper qu’au niveau de son agglomération.

Pérenniser la délégation d’adjoint à la langue bretonne.

• S’assurer par la création d’un service dédié à une politique linguistique ambitieuse et volontariste, une meilleur prise en compte du breton dans l’ensemble des domaines de l’action municipale et communautaire par une approche transversale : l’enseignement, la petite enfance, la communication, l’information du public, l’espace urbain, l’urbanisme, l’immobilier, l’économie, le sport, la culture, les ressources humaines, l’audible et le visible dans la ville et à la mairie, …

Soutien au bilinguisme pré ou périscolaire et développement de l’enseignement bilingue sur le territoire de la commune et de Quimper Bretagne Occidentale.

• Développement du bilinguisme dès la naissance : crèches ( ilot des réguaires ?), maternelles et centres de loisirs (organiser le recrutement de personnel bretonnant, animateur-rice, ATSEM, prise en charge des ASEM pour les écoles maternelles et primaires).

• Développement de la filière bilingue publique par l’aide à l’ouverture d’un troisième site bilingue public sur un des quartiers de Quimper insuffisamment pourvu d’une offre bilingue.

• Soutient du troisième site Diwan à Kemper.

• Chaque année un plan de communication pour informer le public en faveur des sites bilingues quimpérois (scolaires et pré/périscolaires), information du public en mairie lors des inscriptions scolaires, sur le site internet de la ville et les différents canaux de la mairie (publications, panneaux …) afin de permettre un réel choix.

• Retour du Chapeau rouge à la disposition des associations quimpéroises.

Brezhoneg . . .

Er stad m’emañ ar brezhoneg en em gav ar gevredigezh e Breizh gant ur yezh en arvar bras. E-kreiz ar vro ma komzer brezhoneg emañ Kêr-Gemper hag he meurgêr hag ar saviad-se a sell outo.
Rankout a ra kumun Gemper hag he meurgêr Kemper Breizh-Izel diskouez anat pegen tomm eo o c’halonoù ouzh ar yezh vrezhonek.
Dre seveniñ engouestladurioù e vo kaset war-raok ur yezh vrezhonek vev, krouus ha buhezek.

Gant ar Gevelouri Ekologel ha Sokial evit Kemper hag he meurgêr e vo lakaet e pleustr pennaenn ur gwir vestroni war dachenn ar politikerezh yezh, kement e kumun Gemper hag en he zolpad.

• Ober gant ur servij evit ur politikerezh yezh mennet ha youlek ma vo graet muioc’h gant ar brezhoneg e holl dachennoù obererezh an ti-kêr hag an tolpad en ur blediñ gant lies tachenn : an deskadurezh, ar vugale vihan, ar c’hehenterezh, kelaouerezh ar geodediz, tachenn ar gêr, ar c’hêraozerezh, ar madoù diloc’h, an armerzh, ar sport, ar sevenadur, ar c’hoskor, ar pezh a ro ar c’huzul-kêr da welet ha da glevet e kêr hag en ti-kêr,…

Harpañ an divyezhegezh a-raok ar skoliata, en-dro d’ar skolioù ha diorren an deskadurezh divyezhek war diriad ar gumun ha war hini tolpad Kemper Breizh-Izel.

• Diorren an divyezhegezh a-vihanik : magourioù (enezig rak-kêr ?), skolioù-mamm ha kreizennoù dudi (aozañ tuta implijidi vrezhonek, buhezourien/buhezourezed, ATSEM, ha kemer e karg ASEM(ez)ed evit ar skolioù-mamm ha kentañ derez).

• Diorren an hentenn divyezhek publik e lec’h ma ‘z eus diouer diouti en ur sikour da zigeriñ un trede lec’h
divyezhek publik.

• Souten an trede lec’h Diwan e Kemper.

• Ur steuñv kelaouiñ liesvloaziek : Reneveziñ bep bloaz ar c’helaouiñ da geñver lec’hioù divyezhek kêr Gemper (skol, kentskol ha troskol),
kelaouiñ ar boblañs en ti-kêr da vare an enskrivadurioù er skolioù, war lec’hienn internet an ti-kêr ha dre ganolioù disheñvel an ti-kêr (embannoù, panelloù…) evit ma vo ur gwir choaz.

• Reiñ Adarre implij ar sall an Tok Ruz evit ar c’hevredigezhioù

EAU SECOURS 29

ACID_Quimper_logo AU SECOURS 29
Association pour une gestion exemplaire, éthique et démocratique de l’eau.

La politique de l’eau à QBO et les usagers.

A Quimper Bretagne Occidentale (QBO), nous estimons que le juste équilibre entre droits et obligations de l’usager et droits et obligations du Service de l’Eau (article 132-1 du code de la consommation) n’est pas respecté en ce qui concerne, tout particulièrement, le règlement de l’eau potable et l’information des usagers. Par ailleurs, les usagers sont en droit de savoir si l’eau qu’ils consomment présente toutes les garanties, si les réseaux sont bien protégés et quelles seraient les propositions des différentes listes pour parvenir à une tarification plus juste.

Qualité des eaux et risques sanitaires.

Actuellement, les contrôles de la qualité des eaux potables répondent aux critères de l’ARS. Ils ne prennent pas en compte les résidus médicamenteux et les nouvelles molécules de la chimie de synthèse.

1 : Envisagez-vous de rechercher ces nouvelles molécules dans l’eau distribuée aux usagers, de les éliminer ?
Il est indispensable, en effet, d’aller au delà des contrôles réglementaires préconisés par l’ARS. Notre eau domestique contient des micropolluants, des substances minérales, biologiques, organiques ou radioactives issues, notamment, de médicaments, de produits cosmétiques, de métaux, de pesticides, présentes dans l’eau en concentration infimes (microgrammes ou moins). Ces polluants passent à travers les stations de traitement des eaux usées, se déversant dans les cours d’eau. Leur identification, leur détection et leur traitement constituent ainsi un enjeu majeur pour une gestion durable des ressources en eau.
Des solutions peuvent être apportées par de nombreuses start-up qui se spécialisent dans ce domaine mais le BRGM (bureau des recherches géologiques et minières), pourra également être utilement consulté.
La prévention est indispensable. Les captages doivent être surveillés, entretenus et contrôlés. Plus largement, les agriculteurs, au premier chef, mais aussi les industriels doivent être incités à rechercher des pratiques saines et sans résidus.

2 : Dans les communes où le traitement de l’eau se fait avec du sulfate d’alumine, certes autorisé, mais dont la nocivité est reconnue, envisagez-vous un traitement par le sulfate de fer ?
Sur ce sujet très technique notre position n’est pas tranchée. Nous savons les dangers du sulfate d’alumine (dont l’ARS contrôle le dosage) mais le sulfate de fer présente également des inconvénients. Nous ne pouvons que préconiser des études et faire appel à des spécialistes (qui semblent eux-mêmes hésiter) avant d’envisager une alternative au sulfate d’alumine.

3 : Envisagez-vous de retraiter les eaux de la station d’épuration afin de la rendre, à nouveau, potable ?
L’eau potable qui coule au robinet ne provient jamais des stations d’épuration. Le “petit cycle de l’eau” exclut ce genre de pratique.

Sécurisation de nos réseaux d’eau potable et d’eaux usées.

Les équipements (stations d’épuration, postes de relevage, surpresseurs, réducteurs de pression généraux …) permettant l’alimentation en eau potable et l’évacuation des eaux usées, particulièrement dans des secteurs non gravitaires, sont tributaires de l’énergie électrique.

4 : Que se passerait-il en cas de panne générale ?
Ce réel danger ne nous est pas indifférent. Nous ne pouvons que préconiser un entretien poussé des équipements, leur doublement par une solution de secours (groupes électrogènes) partoût où c’est possible.

5 : Qu’envisagez-vous pour favoriser la résilience des réseaux d’eau et d’assainissement ?
Cette question rejoint la précédente et notre réponse ne divergera pas. L’entretien et l’anticipation sont de règle. Il s’agira de renforcer les effectifs, la formation et l’équipement des services chargés de l’entretien. Nous envisageons, à l’issue des actuelles DSP, la constitution d’une régie communautaire qui mettra les moyens pour assurer la sécurité et l’efficacité des réseaux.

Les usagers face aux pressions sur le réseau de distribution.

Actuellement, même si cela ne figure pas dans le règlement de service de l’eau potable, le contrat de Délégation de Service Public (DSP) de Quimper autorise une pression de 12 bars chez les particuliers (la pression normale est de 3 à 4 bars) . Le règlement de l’eau, dans sa version actuelle, est ambigu et offre la possibilité aux délégataires de fuir leur responsabilité. Or, il faut savoir que des pressions excessives peuvent provoquer des éclatements de canalisions, pouvant occasionner de lourds préjudices sur le plan financier à l’usager.

6 : Vous engagez-vous à faire en sorte que la pression du réseau d’eau soit compatible avec les installations privatives, en installant, si nécessaire, des réducteurs de pression généraux dans des quartiers subissant des pressions potentiellement dommageables ou, si pour des raisons techniques, cela est impossible, d’installer des réducteurs de pression individuels aux usagers et d’en assumer le coût ?
Dans le cadre du passage en régie que nous préconisons, le règlement de l’eau sera totalement ré-écrit, dans un cadre démocratique, après qu’aient été recueillies les préconisations des usagers et de leurs associations. Nous traiterons alors cette difficulté liée aux surpressions dont EAU-SECOURS se fait régulièrement l’écho.

7 : En cas d’éclatements de canalisations, vous engagez-vous à communiquer aux usagers victimes les pressions et les variations de pression subies dans une période significative précédant le sinistre ?
Oui.

8 : Vous engagez-vous à revoir les articles 2.1 et 6.1 du règlement de l’eau potable qui stipulent que l’usager doive s’adapter à la pression de distribution et s’équiper, le cas échéant, d’un réducteur de pression, à ses frais, alors que le distributeur d’eau doit fournir une pression compatible avec les installations et est tenu d’assurer le bon fonctionnement du service ?
Oui.

Égalité de traitement, accès pour tous à l’eau, information des usagers.

Actuellement, la part du forfait d’abonnement, redevable par tous les abonnés, conduit à faire payer aux usagers qui consomment le moins d’eau un prix du m3 supérieur à celui payé par ceux qui consomment le plus. Ceci pose un problème social d’égalité d’accès et un problème écologique.

9 : Envisagez-vous de modifier ce mode de calcul de la facture d’eau ? Envisagez vous un forfait de consommation minimum gratuit pour tous les abonnés ? A quel niveau ?
Nous avons la ferme intention, dans le cadre de la régie communautaire que nous appellons de nos voeux de mettre en place un tarif progressif, tel que les plus gros consommateurs payent plus que les usagers les plus sobres. Mais, et bien que nous proposions la gratuité des premiers mètres cubes, nous ne sommes pas en mesure d’être plus précis. En effet, la situation à QBO est des plus complexes actuellement. Il conviendra d’abord d’unifier, sur le territoire, le mode de distribution . Et il nous semble que rien ne pourra être fait, valablement, avant l’échéance des actuelles DSP, en février 2023. Il faudra alors examiner attentivement la situation du service et consulter les usagers pour décider de la tarification.

QBO a refusé d’adresser les règlements de l’eau par voie postale aux abonnés et les oriente vers internet, aggravant par là-même la fracture numérique. Suite à notre insistance, des règlements sont maintenant disponibles en mairie. Cependant, les usagers sont privés d’informations essentielles. Eau Secours 29 a demandé, en vain, à QBO, en l’occurrence son président et ses vice-présidents successifs en charge de la question de l’eau, que la lettre semestrielle accompagnant les factures d’eau, rédigée par les délégataires Véolia ou SAUR ne soit pas l’apanage exclusif des délégataires privés. A titre d’exemple, la dernière lettre, relative à la protection du compteur, pousse les usagers à protéger leur compteur, à leurs frais, alors que c’est le distributeur d’eau qui est responsable de la protection du compteur contre le gel et les chocs (cf jurisprudences).

10 : Vous engagez-vous à ce que le règlement de l’eau soit adressé aux usagers par voie postale ?
Oui.

11 : Vous engagez-vous à ce que les associations d’usagers, membres de la CCSPL puissent s’exprimer dans la lettre accompagnant la facture d’eau ?
Oui.

Commission Consultative des Services Publics Locaux (CCSPL).

En début de mandat, vous devrez constituer une nouvelle CCSPL, Il est utile de rappeler que cette commission doit examiner la gestions de services publics importants comme l’eau potable, les eaux usées, l’assainissement, les transports, les déchets, le haut débit, le palais des congrès, le parc des expositions de Penvillers, le crématorium, tous confiés au privé et le port du Corniguel qui vient de passer en régie. A QBO, cette commission consultative, de par sa composition, octroie la majorité aux élus qui ont l’habitude de voter, tous, dans le même sens ! Cet état de fait, pose problème car la voix du citoyen usager des services publics n’est pas suffisamment prise en compte. L’article L2221-3 du CGCT offre la possibilité d’ouvrir la CCSPL aux associations d’usagers, ce qui n’est que partiellement le cas à QBO où, en outre, la collectivité, sous les mandatures Poignant et Jolivet, s’est réservée le droit d’écarter des associations ayant, cependant, intérêt à agir puisque défendant les usagers des services publics et des causes environnementales. D’autre part, tout citoyen est en droit de demander compte à à tout agent public de son administration (article 15 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789).

Agrément des associations.

12 : Souhaitez-vous sélectionner, vous-mêmes, les associations candidates ? Si oui selon quels critères ?
Une autorité administrative n’a pas vocation à tout régenter. Bien au contraire, elle doit favoriser et au besoin organiser l’expression démocratique. Il nous paraitrait incongru de sélectionner les associations candidates.

13 : Ouvrirez-vous l’appel à candidature à des collectifs de consommateurs et à des unions locales syndicales ?
Oui.

14 : Souhaitez-vous maintenir le principe actuel (et à notre avis aberrant), mis en place lors des deux mandats précédents, d’une représentation des élus égale ou supérieure en nombre aux association ?
Nous partageons votre point de vue : ces pratiques sont aberrantes et seront abandonnées.

Fonctionnement de la CCSPL.

15 : Acceptez-vous, pour le fonctionnement de cette commission, le principe d’une coprésidence associative ?
Oui.

Information des membres de la CCSPL.

16 : Vous engagez-vous à communiquer aux membres de la CCSPL, le contenu de l’ensemble des contrats en cours et de leurs annexes ainsi que les cahiers des charges des délégations de Services Publics (DSP) ou des régies ?
Oui. C’est pour nous une évidence. Ces documents, numérisés, seront accessibles à tous.

17 : Vous engagez-vous à respecter le jugement du tribunal administratif sur Quimper ville d’août 2014 qui avait annulé une délibération du conseil municipal pour information insuffisante des élus avant leur vote en transmettant aux élus, AVANT leur vote, les comptes rendus et les avis de la CCSPL, lus et approuvés par l’ensemble des membres de la CCSPL ?
Oui, comment fonctionner différemment ?!

Commission de contrôle financier.

18 : Vous engagez vous à créer une commission de contrôle financier indépendante de la commission des finances ?
La commission de contrôle financier est prévue aux articles R. 2222-1 à R. 2222-6 du code général des collectivités territoriales. Nous la crérons donc.
Rien ne s’oppose en droit à ce qu’elle compte en son sein des représentants des associations d’usagers, qui pourront être tirés au sort et/ou des personnes qualifiées qui seront désignées pour l’occasion.

19 : Comptez-vous communiquer les rapports de la commission de contrôle aux membres de la CCSPLen même temps que les rapports annuels des services publics locaux ?
Les rapports de la commission de contrôle sont nécessaires à la bonne information des membres de la CCSPLet seront donc mis à leur disposition.

20 : Envisagez-vous d’ouvrir cette commission de contrôle à des personnes qualifiées indépendantes, voire même à des citoyens ? Si oui sous quelle forme (tirage au sort, désignation…).
Voir réponse à la question 18.

Fin de DSP ou de régie.

21 : Vous engagez-vous à réaliser un bilan sur  l’ensemble de la délégation ?
Oui. C’est d’ailleurs indispensable, notamment en cas de DSP, tant les bilans et résultats fournis par les délégataires sont succincts et établis selon une méthodologie non conventionnelle.

22 : Vous engagez vous à rendre public ce bilan avant la réunion de la CCSPL et le vote de l’assemblée délibérante ?
Oui.

Cahier des charges.

23 : Quelle procédure exacte comptez-vous mettre en oeuvre pour recueillir et prendre en compte les besoins des usagers des services publics et leurs propositions ?
Nous organiserons une consultation en ligne sur le site de la mairie, nous proposerons des réunions publiques, nous mettrons en oeuvre les comités de quartier…

24 : Au cas ou vous feriez appel à un cabinet de conseil, vous engagez-vous à une totale transparence sur le choix du cabinet et sur son rapport ?
Nous devrons faire appel, pour éclairer nos choix, à des cabinets de conseil lorsque l’expertise interne sera insuffisante. Le choix de ces cabinets sera motivé et publié. Les rapports seront mis à la disposition de tous.

Information de l’usager avant la signature du contrat.

25 : Comment comptez-vous informer les usagers et nourrir le débat, avant la signature du contrat ?
Voir réponse à la question 21.

Le choix du mode de gestion.

26 : En 2009, Eau Secours 29 avait, au pied levé, lancé une pétition auprès de la population quimpéroise qui avait recueilli 3274 signatures en faveur d’une gestion publique de l’eau. Pensez-vous organiser un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) ?
Notre programme prévoit explicitement la mise en place d’une régie communautaire. Dès lors, si nous sommes élus, un RIP n’aura pas lieu d’être…

ENFANCE ET PARTAGE

ENFANCE ET PARTAGE ENFANCE ET PARTAGE
L’association protège et défend les enfants victimes de toutes formes de violences, qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles.
http://www.enfance-et-partage.org/
enfance-et-partage@wanadoo.fr

1 : Envisagez-vous d’ouvrir ou de soutenir l’ouverture, dans les quartiers, des lieux neutres spécialisés d’accueil, d’écoute et d’orientation des personnes (enfants, jeunes, parents,…) afin de favoriser la prévention et la lutte contre les violences faites aux enfants et de permettre de mieux accompagner, défendre et soigner les enfants victimes ?
La violence faite à un enfant qu’elle soit familiale, extra-familiale, institutionnelle ou d’État, est intolérable. l’une des actions prioritaires de notre liste est de mettre tout en œuvre pour y répondre le plus efficacement possible.

2 : Envisagez-vous de mettre en place ou de soutenir la mise en place des lieux d’accueil et de soutien à la parentalité (ou de soutenir les associations qui en organisent) ?
Évidemment et, c’est une de nos exigences, avec des professionnels formés à l’écoute de l’enfance et à recevoir sa parole

3 : Envisagez-vous de mettre en place des formations adaptées au bénéfice de vos élu.e.s et de vos agent.e.s, personnel municipal, travaillant directement ou indirectement auprès des enfants ?
L’expérience d’ALLO PARENTS BEBE et des lieux d’accueil comme les maisons vertes doit pouvoir se renouveler et s’étendre à l’image du « Petit Navire » à Kemper.

4 : Envisagez-vous de favoriser la mise en place de formations adaptées au bénéfice des élu.e.s, des salarié.e.s et des bénévoles des associations locales travaillant directement ou indirectement auprès des enfants ?
Oui, bien sûr !

5 : Envisagez-vous de favoriser la mise en place de formations communes pour favoriser la coopération entre professionnels de terrain (partager une culture commune, créer des synergies pour mieux détecter et mieux prendre en charge les violences intra ou extra familiales) ?
idem

6 : Envisagez-vous de mener vous-même ou en partenariat avec d’autres organismes publics ou privés (ex. : services de l’Etat, autres collectivités territoriales, associations,…) ou de soutenir [à préciser] des actions de sensibilisation sur le thème de la prévention et de la lutte contre les violences faites aux enfants en direction :
– du grand public sur la ville et/ou dans les quartiers ?
– des parents ?
– des adolescent.e.s ?**
– des enfants ? **
** accueillis ou non dans vos structures (ex. : crèches, écoles, CLSH, écoles municipales des sports,…) ou les structures associées (ex: MPT, CLSH, clubs sportifs, associations culturelles,…)?
Oui, dans le cadre de la transversalité et du travail en commun.

7 : Si oui, pouvez-vous d’ores et déjà dire lesquelles, à quelles échéances, et le cas échéant en vous en s’appuyant sur quelles associations ?
Le travail en commun est un impératif : MPT CLSH CLUBS ayant en charge des enfants, associations culturelles et cultuelles

8 : Envisagez-vous de consulter le fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes (Fijais) – dont les informations sont accessibles notamment aux maires – pour le contrôle des professionnels en contact avec les mineurs (et de promouvoir sa consultation par les structures d’accueil d’enfants sur le territoire de Quimper) ?
Parce que notre démarche démocratique visera à rencontrer toutes les associations et acteurs de terrain nous ne pouvons donner une échéance sinon celle de nos engagements et préoccupations sincères.

9 : Envisagez-vous de réagir en cas de connaissance de manquements manifestes – maltraitance et violences – constatés dans le fonctionnement de vos services et/ou des services extérieurs (ex. : services de l’Etat – Education Nationale, Police, Justice,…-, autres collectivités territoriales, associations,…) et selon quelle(s) modalité(s) potentielle(s) ?
C’est une obligation : lieux neutres avec des professionnels formés à la parole de l’enfant

10 : : Envisagez-vous de mettre en place, dans chacun de vos établissements accueillant des enfants, un plan de prévention des risques de maltraitance interne pour garantir la détection et le signalement de chaque incident ?
Obligation, quelque soit le lieu en question avec des professionnels formés…

11 : Envisagez-vous d’instaurer dans vos établissements accueillant des enfants (et de le promouvoir au sein de vos structures associées) l’inscription dans le livret d’accueil en établissement remis à l’enfant et à sa famille de leurs droits ainsi que la possibilité de saisir le Défenseur des droits dans le département, afin de garantir le signalement par les enfants eux-mêmes lorsque c’est nécessaire ?
Obligation.

12 : Envisagez-vous de promouvoir l’information des parents et des enfants de la possibilité de saisir les acteurs spécialisés dans la lutte contre la maltraitance et les violences (administrations, associations spécialisées, correspondants territoriaux du Défenseur des droits…) par tout enfant directement, quel que soit son âge, par tout moyen (formulaire internet, courrier, appel téléphonique) ?
Obligation

13 : Envisagez-vous de mener ou soutenir des actions pour prévenir et lutter contre le harcèlement des enfants et jeunes (harcèlement scolaire, extra-scolaire, familial…ou cyber-harcèlement) ?
Obligation. Mettre des professionnels formés à la disposition des établissements en difficultés, signalement si maltraitance.

14 : Envisagez-vous de soutenir les associations de promotion des droits des enfants et de prévention des violences faites aux enfants, et selon quelles modalités ?
Ce point est d’avantage à l’adresse de l’État et des sites mis en cause

15 : Envisagez-vous de mener des actions pour prévenir et lutter contre les violences sexuelles notamment dans le milieu du sport, mises en évidence par plusieurs affaires récentes (ex. : charte, protocole d’intervention, procédure de signalement, affiches à l’attention notamment de toutes écoles de sports et associations sportives ; organisation de conférences de sensibilisation, …) ?
Oui évidemment avec une approche spécifique auprès des éducateurs sportifs.

16 : Envisagez-vous de favoriser la diffusion du « Code de l’enfant » (publié en 2019 par le ministère à l’occasion du « Plan de lutte contre les violences faites aux enfants »), document pédagogique qui s’adresse directement aux enfants (ou plutôt aux adolescents) et qui présente, sous une forme adaptée mais néanmoins rigoureuse, le cadre juridique et les règles à connaître sur la famille, l’école, internet, la santé, les loisirs, l’enfant citoyen ou encore l’enfant victime ?
Oui

17 : Envisagez-vous de promouvoir la notoriété du numéro « 119 – Allo enfance en danger » (au travers notamment de l’affichage – déjà obligatoire – dans les lieux recevant habituellement des mineurs) ?
Oui

18 : Envisagez-vous de soutenir les associations de promotion des droits des enfants et de prévention des violences faites aux enfants, et selon quelles modalités ?
Oui

19 : Envisagez-vous de soutenir les associations de promotion des droits des enfants et de prévention des violences faites aux enfants, et selon quelles modalités ?
Oui, par notre projet démocratique et participatif nous travaillerons avec toutes les associations dédiées à la protection des enfants ( dont la votre) et des violences faîtes aux femmes.Nous sommes pour la création d’un lieu d’accueil, d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violences et leurs enfants.

20 : Envisagez-vous de nommer un.e adjoint.e au maire spécialement en charge de l’enfance, voire un.e conseiller-ère municipal.e délégué.e à la prévention et la lutte contre les violences faites aux enfants et de créer une commission extra-municipale sur le sujet ?
Cela semble effectivement une nécessité.

21 : Envisagez-vous de promouvoir l’information et le respect de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) adoptée le 20/11/1989 (voilà déjà plus de 30 ans !…) par l’ONU ?
Oui et contre toute exploitation du travail des enfants quelque soit le pays.

22 : Envisagez-vous d’autres actions concrètes (autres que celles signalées en réponse aux questions précédentes) et à quelles échéances ?
Oui, par des actions concrètes dans la ville en développant des lieux de rencontres, de solidarité et de démocratie.

« Les enfants blessés ou victimes de mauvais traitements, de négligence ou de la guerre ont le droit d’obtenir de l’aide pour pouvoir se rétablir et retrouver leur dignité » (Article 39 de la Convention Internationale desDroits de l’Enfant).

KERNAVELO

kernavelo

KERNAVELO
Objet de l’association : Kernavélo : améliorer les déplacements « vélo au quotidien » et « vélo loisir »…
Et améliorer la cohabitation entre modes de transports.

https://kernavelo.org//

Proposition 1:Adopter –en debut de mandat– un plan velo municipal concerte et fnance (programmation budgetaire sur 5 ans), incluant un reseau cyclable communal complet, en coherence a la fois avec le plan velo actualise de QBO et avec un PDU (Plan de Deplacements Urbains) incluant les autres moyens de deplacements.

Je m’engage

Proposition 2 : Creer un poste de responsable des mobilites actives au sein de la collectivite, en charge du pilotage du plan velo quimperois.

J’approuve (pas que le vélo)

Proposition 3 : Mettre en place un comite velo regulier (au moins 3 reunions annuelles entre elus, techniciens, associations et usagers) traitant specifquement des questions liees a la circulation et aux modes actifs.

J’approuve

Proposition 4 : Creer des pistes cyclables larges, continues et securisees, c’est-a-dire separees physiquement des pietons et des voitures sur les axes a forte circulation.

Je m’engage

Proposition 5 : Mettre en place des itineraires cyclables jalonnes pour relier et rejoindre les poles d’attractivite – gare, ecoles, commerces, zones commerciales, equipements municipaux –, et les itineraires cyclables traversant le territoire (V5, Voies Vertes Douarnenez – Quimper et Quimper – Pontl’Abbe via Plugufan)

Je m’engage

Proposition 6 : Creer des connexions entre le reseau cyclable local et celui des communes voisines, en conformite avec les objectifs du plan velo de QBO.

Je m’engage

Proposition 7 : Repenser le plan de circulation pour supprimer le trafc de transit en centre-ville et dans les quartiers residentiels, et le concentrer sur les grands axes.

Je m’engage

Proposition 8 : Généraliser la limitation de vitesse à 30km/h, en modifiant l’aménagement des rues pour rendre cette limitation effective (création d’effets de seuil, marquage au sol, réduction de la largeur de la chaussée, chicanes, ralentisseurs) et développer des zones de rencontre là où la vie locale doit être privilégiée.

J’approuve

Proposition 9 : Créer des zones à très faible circulation dans certaines rues (sens unique, mise en cul de sac) pour empêcher la circulation de transit à travers les quartiers résidentiels ou devant les écoles.

J’approuve

Proposition 10 : Généraliser les double-sens cyclables et les cédez-le-passage cycliste aux feux.

J’approuve

Proposition 11 : Restreindre ou supprimer la circulation devant les écoles aux heures d’entrée et de sortie des classes.

Je m’engage

Proposition 12 : Rendre payant le stationnement en surface pour les voitures et les deux-roues motorisés, en organisant le stationnement de ces derniers.

Je m’engage

Proposition 13 : Offrir davantage de stationnement vélo sécurisé à proximité de la gare et des pôles d’échange (arrêts de bus et cars, aires de covoiturage,…).

Je m’engage

Proposition 14 : Implanter des arceaux vélos dans toute la commune pour pouvoir accrocher son vélo facilement, notamment près des commerces.

Je m’engage

Proposition 15 : Installer des abris sécurisés dans l’espace public pour le stationnement résidentiel (habitat collectif) et à proximité des pôles d’activité.

Je m’engage

Proposition 16 : Créer des locaux ou des abris sécurisés pour le stationnement des vélos (et trottinettes) dans les écoles et les équipements publics.

Je m’engage

Proposition 17 : Intégrer dans le PLU l’obligation de locaux vélos fonctionnels dans les immeubles d’habitation ou tertiaires, et subventionner la création de locaux vélos dans les copropriétés et dans l’habitat social, tant en création qu’en rénovation.

Je m’engage

Proposition 18 : Créer une aide à l’achat d’un vélo pour les particuliers (dont les familles) et pour les entrepreneurs locaux (achat de remorque, vélo-cargo, triporteur) au travers d’une offre de location longue durée avec option d’achat en fin de période de location.

J’approuve

Proposition 19 : Étendre le parc de vélos et VAE en location courte et longue durée et proposer des aides à la location (à destination des jeunes et des foyers à faibles revenus par exemple).

J’approuve

Proposition 20 : Soutenir les associations de services vélo (vélo-écoles, ateliers de réparation) et mettre des locaux à disposition de ces associations.

Je m’engage

Proposition 21 : Créer une Maison du vélo accueillant les acteurs associatifs vélo et donnant une visibilité au vélo à Quimper, ou donner une place importante au vélo dans la future « Maison des Mobilités ».

Je m’engage

Proposition 22 : Aider les établissements scolaires à s’équiper en vélos pour l’apprentissage à l’école (ou leur mettre ces vélos à disposition).

Je m’engage (mais aussi des draisiennes)

Proposition 23 : Accompagner financièrement les opérations de sensibilisation mises en place par les écoles et les associations, autour du vélo ou des mobilités actives (programme « Savoir rouler », sorties vélo à caractère pédagogique, etc).

J’approuve

Proposition 24 : Contribuer à la mise en place des pédibus et vélobus pour l’accompagnement des enfants à l’école à pied ou à vélo (au travers de PDES / Plan de Déplacements des Établissements Scolaires).

Je m’engage

Proposition 25 : Équiper les services municipaux de vélos, de VAE et de vélo(s)-cargo(s) pour réaliser une partie des déplacements des agents et des livraisons municipales à vélo (agents de tranquillité, entretien des espaces verts, etc.).

Je m’engage (nous proposerons à ceux qui le veulent)

L214

L214-logo Association L214.
Association tournée vers les animaux utilisés dans la production alimentaire (viande, lait, œufs, poisson), et révélant leurs conditions d’élevage, de transport, de pêche et d’abattage.
https://www.politique-animaux.fr/municipales-2020/bretagne#municipales-2020/quimper
Ligue

LIGUE DES DROITS DE L'HOMME

Ligue LIGUE DES DROITS DE L’HOMME
Attachée, de part son histoire,
à la défense des droits fondamentaux pour tous les êtres humains sans aucune distinction et à leurs évolutions vers plus d’égalité et de justice.

http://www.ldh-quimper.org/

1 : Pour le logement.

Nous répondrons à l’appel à projets sur le “logement d’abord” de la Fondation Abbé Pierre, qui nous fournira des moyens humains et financiers et qui aura lieu juste après les municipales. Nous pré-empterons des logements, notamment en centre-ville, pour rénovation écologique ainsi que pour la mixité sociale, les logements rénovés seraient destinés au logement social et très social. Mise en place dès le début du mandat d’un arrêté anti-expulsion avec obligation de re-logement pérenne

2 : Pour la lutte contre l’illectronisme” et l’accès aux droits.

Création d’un service d’accompagnement et d’assistance juridique municipal

3 : Pour l’immigration.

Création d’une maison du droit d’asile avec inconditionnalité d’accueil, accompagnement et hébergement digne et décent des migrant.e.s et réfugié.e.s Création d’une carte de citoyenneté pour les résident.e.s de notre ville, droit de vote pour les immigré.e.s résident.e.s

4 : Pour la bio-diversité et les enjeux environnementaux.

Création d’une ceinture maraîchère avec préemption de terres, accompagnement à l’installation et à la conversion en bio (visée d’alimentation en 100 % bio de la restauration collective et de l’épicerie sociale retour en régie publique de l’eau avec contrôle renforcé de la qualité de l’eau et équipement de filtration dans les lieux de restauration collective gratuité des transports collectifs, voies cyclables réservées et sécurisées en continuité avec l’ensemble des quartiers et des autres modes de transports, Arrêté anti-pesticides

5 : Pour la démocratie.

Donner l’accès à l’ensemble des citoyens aux dossiers débattus en amont du conseil municipal Donner les moyens financiers aux conseils de quartier Autoriser sous condition l’intervention en conseil municipal de non-élus Mise à l’ordre du jour du conseil municipal des questions portées par 1 % de la population Non cumul des mandats (à commencer par la séparation du poste de maire de celui de président de l’inter-communalité)

6 : Contre les discriminations.

Respect de la parité dans l’attribution des postes et des responsabilités dans l’inter-communalité Création d’un dispensaire de santé (maison de santé publique) assurant consultations, prévention et suivi des soins Création d’espaces d’hébergement et d’accompagnement non mixtes pour les personnes victimes de violences familiales, conjugales, sexistes, sexuelles. Application stricte de la loi accessibilité PMR à tous les équipements culturels Traduction des spectacles vivants en langue des signes Developpement d’équipes et d’outils de prévention spécialisée et d’éducation populaire, avec les partenaires associatifs sous l’égide du conseil communautaire de sécurité et de prévention de la délinquance Disparition des caméras de surveillance Promouvoir des lieux de rencontre autonomes, voire autogérés pour développer le lien social, festif, culturel Nous sommes également contre la pose des compteurs linky et réfléchirons à une action légale municipal pour nous y opposer.

LOAR GANN

Ligue LOAR GANN
Association d’Astronomie de Cornouaille

http://loargann.info/

Ce mardi 18/02/2020, nous étions 4 à 5 coopérateurs à rencontrer l’association Loar Gann, astronomie de Cornouaille afin d’échanger sur les 2 points qu’elle souhaitait aborder, à savoir: notre politique, si nous sommes élus, face à la pollution lumineuse surtout à l’extérieur de la ville, les moyens que nous consacrerons, si nous sommes élus, à la vie associative et notamment en matière de locaux. Ce que nous disons: Afin de préserver la nuit, la santé, la biodiversité tout en faisant des économies d’énergie, nous irons dans le sens d’une grande diminution de la pollution lumineuse en prenant certaines mesures loi du 1er/07/2011; cela concernera l’éclairage nocturne des publicités, préenseignes et enseignes lumineuses (sauf pharmacies et service d’urgence), les bâtiments non résidentiels (bureaux, commerces, bâtiments industriels, publics, façades et vitrines).

1 : L’extinction lumineuse est arrivée à 55 %, et devrait augmenter jusqu’à 80 % selon Loar Gann, nous le ferons, que ce soit en ville ou à l’extérieur application de la loi sur l’éclairage des vitrines: extinction entre 1h après la fin d’occupation des locaux et 7 heures (ou 1h avant le début de l’activité si celle ci démarre plus tôt.  

2 : lI sera demandé à la boîte de nuit « le Majestic » de stopper le rayon lumineux de sa communication. 

3 : Les enseignes lumineuses seront éteintes entre 1h et 6h du matin. 

4 : L’éclairage intérieur des locaux professionnels éteints au plus tard 1 après la fin de leur occupation (après leur entretien). 

5 : Les façades des locaux professionnels seront éteints jusqu’à 1h du matin mais au-delà, pour lutter contre la pollution lumineuse, il sera demandé de poser des détecteurs de présence, dans l’agglomération afin de préserver le déplacement des personnes, nous proposerons l’éclairage inférieur à 35 lm/m2 (flux lumineux à led) et hors agglo à 25 (ce sont des seuils maximaux de luminance service-public-pro.fr) tout en diminuant le nombre de lampadaires (à tester). 

6 : Retour en régie municipale de la gestion des panneaux publicitaires car il n’y a pas d’obligation à les éteindre la nuit, ainsi nous lutterons contre la pollution lumineuse.  

7 : Les éclairages des parcs et jardins privés et publics accessibles au public ou appartenant à des entreprises doivent en agglo avoir un flux lumineux inférieur à 25 et hors agglo inférieur à 10.  

8 : Concernant les locaux associatifs: la Coopérative a prévu de rencontrer les acteurs de la vie associative culturelle qui le souhaitent dès le début du mandat afin d’évaluer leurs attentes y compris en locaux ; un recensement des locaux publics restants sera établi. Des lieux à partager seront à réfléchir aussi collectivement.

 

PENN AR WEB

Ligue PENN AR WEB
L’association a pour objectif
de participer à l’information
sur l’écologie et soutenir
les initiatives écologiques
en particulier locales.
https://www.pennarweb.org/

René BANTEGNIE, nous a envoyé les vidéos concernant les 7 mesures du Pacte sur la Transition. Ces vidéos sont diffusées sur internet.

#03 énergie
https://www.pennarweb.org/video.php?id=782

#04 logiciel libre
https://www.pennarweb.org/video.php?id=787

#07 bio
https://www.pennarweb.org/video.php?id=792

#10 eau
https://www.pennarweb.org/video.php?id=812

#14 transports
https://www.pennarweb.org/video.php?id=802

#15 vélo
https://www.pennarweb.org/video.php?id=807

#18 déchets
https://www.pennarweb.org/video.php?id=797

Share This